Reproduction


La première installation d’un couple dans les Alpes, depuis que l’espèce y avait disparu un siècle auparavant, remonte à 1992. Ce n’est qu’en 1996 qu’est enregistrée la première ponte puis l’année suivante la première reproduction réussie avec l’envol d’un poussin, sur la commune du Reposoir en Haute-Savoie !

Depuis d’autres couples se sont installés et se reproduisent (télécharger le PDF).

La population de Gypaètes barbus dans les Alpes se place dans une phase de colonisation c'est-à-dire que le choix d'un territoire et d’un site pour la reproduction n'est aucunement dépendant des couples déjà installés et que l’étendue du domaine vital ne serait pas limitée par celle du couple voisin.

La population dans les Alpes est assez dynamique et le nombre de couples augmente.
 
La productivité et le succès reproducteur sont bien corrélés et varient sensiblement d'une année sur l'autre (« creux météo » probables). La productivité exprime le nombre de jeunes à l’envol par couple ; le succès reproducteur exprime le nombre de jeunes à l’envol par rapport au nombre d’œufs. La productivité moyenne est encore modeste car chaque année de nouveaux couples non reproducteurs s'installent et les couples inexpérimentés échouent leur première reproduction. Par contre, le succès reproducteur est élevé indiquant de bonnes conditions de reproduction (bons domaines vitaux et territoires).



Pour l’année 2015, 33 couples reproducteurs ont été identifiés à travers l’arc alpin, dont 9 en France, 23 poussins sont nés entre février et avril et 20 se sont envolés. C'est la première fois qu'autant de jeunes quittent le nid.